スタンダール「赤と黒」について~恋愛とお金、心理と風刺~

スタンダール「赤と黒」について~恋愛とお金、心理と風刺~

画像はこちらよりお借りしました。
Stendhal Le Rouge et le Noir
Parmi les monuments littéraires du XIXème siècle Le Rouge et le Noir se
tient très certainement en haut de la liste avec Les Misérables de Victor Hugo,
Germinal de Emile Zola, Madame Bovary de Gustave Flaubert. Il suffit de voir
avec quel brio Stendhal parvient à donner vie à ces êtres de papier et quel
soin il a apporté à la description de leurs états d’âme pour s’en convaincre.
Histoire :
Le Rouge et le Noir tire son inspiration d’un fait divers
qui défraya la chronique en 1827[1]. Le récit de Stendhal, très librement
calqué sur cette affaire, narre le parcours d’un jeune latiniste, fils de
charpentier, issu d’un milieu défavorisé et déterminé à gravir les échelons du
pouvoir.
Au cours de son périple de la Franche-Comté jusqu’à Paris,
le bien nommé Julien Sorel aura l’occasion de rencontrer les meilleurs et les
pires représentants du clergé, de la paysannerie, de l’aristocratie et de la petite-grande
bourgeoisie. Il fera notamment la connaissance de l’honnête abbé Chélan et de
l’affairé Marquis de la Mole qui contribueront, tous deux à leur manière, à
l’éducation de Julien Sorel.
Outre son inlassable quête du pouvoir, Jean Sorel succombera
aux charmes de deux femmes : d’abord Mme de Rénal puis Mlle de la Mole. Ces
épisodes sentimentaux causeront maintes turpitudes et voluptés à notre jeune
homme sensible et ne manqueront pas de faire obstacle à son destin napoléonien.
Genres :
Le roman de Stendhal se veut avant tout psychologique et
romantique, c’est-à-dire que l’auteur a accordé une attention toute
particulière au dialogue, ainsi qu’aux pensées et aux sentiments de chaque
protagoniste. Tout est minutieusement orchestré : d’un léger frôlement de main
à un petit mot anodin. Rien n’est laissé au hasard.
Mais c’est aussi une satire. En effet Stendhal y fait le
portrait au vitriol d’une aristocratie décadente et d’une bourgeoisie montante
obsédée par l’appât du gain. Toutes les valeurs cardinales sont perverties au
service des intérêts de chacun. L’église n’est pas en reste. Les séminaristes,
abstraction faite de quelques dévots authentiques, apparaissent à leur tour,
corrompus jusqu’à la moelle. Tous, bourgeois, nobles, paysans, prêtres,
ânonnent le même refrain : « rapporter du revenu ».
Conclusion :
La prose singulière et élégante de Stendhal, les
descriptions prodigieuses qu’ils offrent des sentiments amoureux, le
commentaire mordant d’une époque dont le maître mot est argent et ses constants
renvois à l’Histoire de la France font de lui une œuvre importante. Pour toutes
les raisons énoncées ci-dessus, le roman de Stendhal est, à n’en pas douter, un
classique de la littérature française.
Extrait :
« Rapporter du revenu est la raison qui décide de tout
dans cette petite ville qui vous semblait si jolie. L’étranger qui arrive,
séduit par la beauté des fraîches et profondes vallées qui l’entourent,
s’imagine d’abord que ses habitants sont sensibles au beau ; ils ne parlent que
trop souvent de la beauté de leur pays : on ne peut pas nier qu’ils n’en fassent
grand cas ; mais c’est parce qu’elle attire quelques étrangers dont l’argent
enrichit les aubergistes, ce qui, par le mécanisme de l’octroi, rapporte du
revenu à la ville. »

 

Vous pouvez lire Le Rouge et le Noir gratuitement et
légalement ici : 

https://fr.wikisource.org/wiki/Le_Rouge_et_le_Noir

 

«
»