フランス流は子供に有益?バカンスと就学リズム

Bonjour à tous !

毎月2回のペースで開催されている「会話強化グループレッスン」。
「フランス語で自分の意見を複数の人の前で話す」トレーニングの場として

参加者の皆様からたいへんご好評いただいております!

7月26日もVanessa先生の司会進行で
下記テーマについて5名の生徒様と意見交換を行いました。

バカンスと就学リズム:フランス流は子供に有益?
Vacances et rythmes scolaires :
le système français est-il bénéfique pour les enfants ?



7月12日のレッスンと基本テーマこそ同じですが、
今回は「賛成・反対」の立場を理由を添えて述べるという点で、
よりステップアップした内容と雰囲気であったといえます。

まずVanessa先生が参加者の皆さんに確認したこと、それは


フランスの子供たち(特に幼稚園児、小学生)は

週何日学校に通っているかです。

現在の日本は月曜日から金曜日までの週5日制ですよね、
フランスも同じでしょうか?実は違います!

5日の時代もあれば4日の時もあり、4日半もあり…
子供たちの就学リズムは政府による変更が繰り返されているのです。

こういったフランスの現状をふまえたうえで、
週4日制に賛成か反対かといった質問を参加者に投げかけ、
Vanessa先生がその都度フランス社会における具体例を交えて
和やかながらも勤勉なムードで会話が展開されました。

幼児教育の重要さは日本でも話題になることが多いので、
皆さん関心を持って積極的に発言されていたようです。

下記よりVanessa先生がレッスン内容のまとめを
フランス語で書いてくださいましたので、読解練習はもちろん
時事問題の知識習得のためにぜひ読んでみてくださいね!

Les élèves français ont-ils trop de jours de
cours par an ? Les heures sont-elles bien réparties dans la semaine ? Ont-ils
trop de vacances ? Ces questions concernant le rythme scolaire font
régulièrement l’actualité en France. Avec la nouvelle réforme des maternelles
que le Président Macron a instaurée pour la rentrée 2019, les contestations ne
sont pas prêtes de s’arrêter. C’est sur ce sujet que nous nous sommes penchés
le soir du 26 juillet.

Etes-vous pour ou contre la semaine de quatre
jours ? Aujourd’hui, les écoles ont le droit de choisir. Certains y voient un
avantage pour la vie de famille car cela permet aux parents de profiter de
leurs enfants pendant deux jours complets et même de partir en week-end en
famille. Pour les familles recomposées ou les enfants de parents divorcés, la
semaine de 4 jours est un moyen pour certains d’entre eux de voir leur père ou
leur mère un week-end entier et non pas qu’une journée et demi.

 

C’est aussi la possibilité de se reposer
davantage et de faire deux grasses matinées pour les enfants. La semaine de 4
jours permet aussi aux enfants de participer à des activités sportives ou
culturelles le mercredi. Et les familles catholiques sont également favorables
à ce système puisqu’ils peuvent consacrer le mercredi au catéchisme. Notons
d’ailleurs qu’à l’origine, la coupure de milieu de semaine a été mise en place
justement pour permettre aux enfants de suivre une instruction religieuse. Mais
c’était le jeudi puis elle a été remplacée par le mercredi en 1972.

 

 
Pourtant une majorité d’enseignants s’oppose
à la semaine scolaire de quatre jours. Selon eux et certains parents d’élèves,
c’est une journée d’école trop épuisante pour les enfants et les enseignants.
Les écoles qui ont fait ce choix imposent des journées de classe de six heures
en moyenne. C’est la journée d’école la plus longue d’Europe. De plus, selon
certaines études médicales, la semaine de quatre jours ne permettrait pas de
respecter le rythme biologique d’un enfant.

 
Bon nombre d’enseignants se plaignent aussi
de ne pas avoir assez de temps pour boucler le programme d’enseignement et
c’est aussi un handicap pour les enfants en difficulté scolaire. En effet, le
rythme des cours s’accélère pour parvenir à finir le programme, ce qui n’aide
pas les élèves qui sont déjà en peine. Il y a donc des avantages comme des
inconvénients.

Nous avons aussi soulevé un autre point,
celui d’un changement à venir concernant les maternelles. En effet, le 27 mars
dernier, le président a annoncé que dès la rentrée 2019, l’instruction sera
obligatoire à partir de 3 ans et non plus 6 ans comme aujourd’hui. Pour la
plupart des parents, ça ne change pas grand-chose puisque 97% des enfants sont
déjà scolarisés à l’âge de 3 ans en France. C’est en particulier pour les
enfants issus de milieux peu favorisés que cela va changer. Il ne s’agit pas
seulement de rendre obligatoire l’école dès 3 ans mais aussi de les instruire.

En effet, jusqu’à présent, les élèves de petites sections passaient une bonne
partie de leur temps scolaire à dormir. Ici, il sera question d’enrichir leur
vocabulaire, leur apprendre les structures, leur enseigner qu’ils sont des
élèves comme les autres. On leur enseignera aussi le respect des règles, la
diversité alimentaire… C’est là aussi un choix qui inquiète les Français.
N’allons-nous pas surcharger nos élèves ? C’est une fois de plus ce que nous
verrons à la rentrée prochaine.

 

 

 

 

«
»